Accueil
>> Événements >> Formation >> Formation liturgique : Vous avez dit ... Alliance ? >> Chanter

 

 

Vous avez dit : « ALLIANCE »  ?

 

"Chanter"

 

1ère partie :

On chante avec tout son corps

 

Prise de conscience

 

"Tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont crées,
tu renouvelles la face de la terre."

(Psaume 103)

Je ne vis que grâce au souffle qui m'est donné. Or, le chant est la plus belle offrande que je puisse faire, puisqu'il exige que je donne mon souffle, ce qui me fait vivant. Mais je dois apprendre des manières de chanter qui soient une réelle offrande de mon souffle vital ; car, comme bien des fidèles, je chante en offrant seulement un filet de voix auquel tout mon corps ne participe pas.
Car, le souffle anime tout le corps et tout le corps (les oreilles, les yeux, le squelette, l'ancrage à la terre par les pieds.) apporte sa contribution à l'émission du son.

« Être présent à ce don de la vie »

(Voir article précédent : Le mystère de la Foi sur la présence)

Le chant suppose que l'on soit présent à notre corps, à tout le corps. Si l'on a pu dire que « chanter, c'est prier deux fois », c'est parce que le chant n'est pas seulement la production d'une membrane de l'arrière bouche, mais parce que c'est la production de tout le corps. St Paul demande de rendre grâce à Dieu dans son corps (1 Co 6, 19-20)

La fête de Noël nous invite à faire vivre tout notre corps comme lieu de l'esprit. Cela se fait en accueillant ce que l'acte liturgique et le texte veulent imprimer en nous, en permettant à ce que nous chantons et qui nous est extérieur au départ, de pénétrer à l'intérieur de nous . Car avant d'être affaire d'expression, le chant est affaire d'impression en soi des mots de la foi. Chanter suppose que l'on se laisse modeler par des mots et des mélodies qui ne viennent pas de nous.

Le Souffle :
Le bébé respire naturellement de la meilleure façon : par le ventre ; c'est son diaphragme qui travaille et pas son larynx ; il crie sans se fatiguer. Hélas, on nous a appris à respirer par le thorax, le diaphragme n'étant pas sollicité. Du coup, privée du soutien de ce muscle essentiel, la voix se fatigue puisqu'on sollicite seulement les muscles du cou.
Comment retrouver la respiration naturelle et la possibilité d'émettre des sons sans se fatiguer ? En rendant à notre corps la possibilité d'être à l'aise comme le bébé : en nous tenant droits et sans raideur  (toute courbure fait travailler des muscles inutilement) ; et en nous efforçant de respirer par le ventre. C'est l'attitude de confiance du bébé.

Les Pieds :
Que l'on chante assis ou debout, il faut donner à notre squelette l'assise la plus stable. Garder les pieds au sol permet d'apprécier notre ancrage sur la terre (comme le coq qui chante la tête très haute mais les pattes bien appuyées au sol). Si l'appui est ferme, le corps est équilibré, les vertèbres sont bien empilées . comme des assiettes. Du coup, la position « jambes croisées » est à bannir car elle déséquilibre, comprime l'abdomen et contrarie le travail du diaphragme.

 

Les Oreilles :
On chante avec les oreilles, car elles permettent d'accorder la voix au modèle que l'on a en soi (le chanteur écoute le chant qui l'habite avant de le chanter) et aux voix des autres. La justesse est un cadeau offert quand la voix obéit à l'oreille.

Les Yeux :
Non seulement, ils portent l'expression essentielle du visage (regard lumineux, regard perdu, regard éteint.), mais encore, ils commandent la disposition intérieure (Jésus dit : la lampe du corps, c'est ton oil, Matthieu 6,22) C'est pourquoi le chanteur qui a l e visage ouvert, gracieux, émet un son plus sonore ; ses yeux pleins de soleil donnent à sa voix de la clarté et de la brillance.
Les yeux ainsi ouverts, le chanteur relâche tous les muscles du front et ne plisse pas le front.

Le chanteur évite de tourner les yeux à droite, à gauche pendant qu'il chante ; s'il est tout occupé à son chant, il est concentré et il conduit les auditeurs à suivre son propos.

 

La Bouche :
Le chanteur sait qu'il est important d'ouvrir la bouche, et pour cela de détendre la mâchoire ; il donne au son la possibilité de résonner dans toute la boite crânienne. Il forme ses lèvres pour qu'elles prononcent les consonnes. Il détend sa langue en l'appuyant sur les dents du bas.  

La Voix :
Le chanteur est un instrument à vent, comme l'orgue . Pour que l'orgue sonne bien, il faut mettre en route sa soufflerie, imaginer les sons que l'on veut obtenir et tirer les jeux qui vont sonner comme on l'a imaginé.

De même, l'instrument qu'est notre corps doit être mis en condition de marche par la manière de se tenir ; il doit aussi être réveillé par des exercices de technique vocale, et par la 'mise en bouche' du texte que l'on proclame avec vigueur en y adhérant pleinement,

 

Cette préparation du corps pour chanter est comme un travail d'incarnation. Chacun sait qu'on n'incarne pas le message de l'amour sans soigner son comportement, sa tenue, ses paroles.

 

2ème partie :

Le chant comme outil d'Alliance

 

Tout l'Évangile dit la présence de Jésus avec et dans son corps.

Or, comment Jésus a-t-il été présent ?

- en donnant gratuitement : Du coup, chanter appartient au domaine du gratuit. D'une certaine manière, chanter ne sert à rien, chanter est du domaine de la grâce , de l a vie de Dieu en nous.

- en ne visant pas une efficacité : De la même manière, le chanteur ne vise pas une efficacité ; il offre son souffle en cadeau à la vie, en réponse au cadeau que la vie lui fait.

N'est-ce pas cela vivre l'Alliance ?

 

L'Alliance avec Dieu suppose l'usage répété de chants qui ont marqué notre relation à Dieu. S'il est bien d'adopter quelques chants nouveaux selon un dosage modéré, il n'est pas bon d'en programmer trop, parce qu'au lieu d'être un rappel de l'Alliance (un mémorial de notre conversation avec Dieu), le chant nouveau est d'abord un exercice de solfège !

Le chant est un outil d'Alliance avec les frères qui prononcent les mêmes paroles en même temps, qui dialoguent en deux chours, l'un sachant écouter l'autre .

Chanter pour la Gloire de Dieu et le Salut du monde, ne serait-ce pas faire Alliance ?

 

 

1- Dieu offre gratuitement/gracieusement tous ses dons ; et l'assemblée répond par un acte non utilitaire, le chant.
En chantant, c'est comme si l'on donnait ce que l'on a d'essentiel, le souffle vital.

À quelle expérience concrète cela vous renvoie-t-il ?

 

2 - Celui qui connaît parfaitement l'amour du Père et qui le chante, c'est le Christ. Notre Chant monte en écho à son chant (cf. Hymne « Père du premier mot »). Le Christ a chanté le Père avec sa voix, mais aussi avec sa vie ; c'est ce que doivent faire les baptisés. Quel bonheur ressentons-nous de relayer par notre voix la voix du Christ lors de la célébration ?

N'est-ce pas un beau fruit du Baptême que la mission de rendre visible et audible le Christ qui chante le Père !

 

3 - Dans la messe, nous rencontrons le Christ - Parole. Mais le Christ ne parle pas que par des mots qui ne risquent de ne s'adresser qu'à l'intelligence. De même que les symboles (l'eau, le feu, le pain .) s'adressent à d'autres facultés que l'intelligence, le chant va au-delà des mots. Comme la poésie, il s'adresse à l'être entier, à sa mémoire, à son désir, à son rêve.

Malgré la difficulté de dire ce qui est au-delà des mots, comment le chant est-il capable d'ouvrir à la rencontre, puisqu'il n'est pas du domaine des idées, de la morale, du renseignement ?

 

4 - Quand les fidèles chantent ensemble ou se répondent dans une juste alternance, le chant agit comme un facteur de communion parce qu'il éduque à l'écoute mutuelle.

L'alternance Chorale / Assemblée, par exemple, permet aux uns d'écouter l'expression de la foi des autres. Réfléchissons à l'acte de chanter ensemble et successivement : est-ce que le chant est un lieu d'hospitalité ?

 

5 - Les paroles liées à une musique dans le chant nous imprègnent davantage et entrent plus facilement dans notre mémoire. Par le chant, est-ce que les grands messages de la Foi (l'Amour de Dieu, sa fidélité, sa volonté de Rassembler ...) s'impriment mieux en nous ?

 


Par le chant, nous pouvons vivre quatre formes d'expérience :

L'expérience d'entrer dans le monde de la grâce,

L'expérience de rendre audible le Christ,

L'expérience d'une ouverture et l'expérience de l'hospitalité et de la Communion.

Le Chant nous permet aussi de continuer à faire mémoire.

 

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts