Accueil >> Événements >> Formation >> Formation liturgique : Vous avez dit ... Alliance ? >> Communier

 

 

Vous avez dit : « ALLIANCE »  ?

 

"Communier"

 

 

Souvent, on s'entend ou on s'entend dire :

«  Je suis en communion avec toi ...
Je prends part à ta peine ...
Je pense à toi ...
Je te comprends ...
J'entends ...
Je suis avec toi ...
Je prie avec toi »

Nos paroles, nos pensées, nos actes, notre compassion nous lient ensemble les uns aux autres dans la peine ... la joie ... les questions ... les doutes, nous mettent en communion et nous donnent de vivre en Alliance ... de vivre l'Alliance ...

Communier = Vivre la miséricorde - le pardon - le partage - la solidarité - l'amour de toute personne - la rencontre - faire des choix ...

 

Ils n'ont pas pour seul but de fournir à l'organisme des lipides, des protides et des glucides ...
Quand c'est le cas, la personne mange seule et on parle de casse-croûte. On parle de repas quand on mange ensemble.

Alors l'acte alimentaire se double de liens humains parce que les personnes mangent les mêmes mets à la même table et surtout parce qu'elles parlent entre elles. Une parole fraternelle fait vivre autant qu'une assiette copieuse.

Repas de famille / repas entre amis / repas de noces / repas d'affaires... Il est frappant de noter que l'on partage le repas chaque fois que l'on veut concrétiser un accord entre personnes / créer une alliance.
Même (surtout) quand la civilisation moderne accule bien des personnes à manger seules -y compris dans les cafétérias bondées de clients- on n'imagine pas une fête (Noël, Anniversaire ...) sans un repas pris en commun.

En même temps, on note qu'on mange avec les personnes avec lesquelles on a des liens  ; le mot co-pain exprime les liens des commensaux.

 

Familiers du repas de la Pâque comme mémorial du salut, les prophètes annonçaient le salut par l'image du repas (Isaïe 25 ).

Jésus qui est venu pour réconcilier les hommes avec Dieu et entre eux disposait avec les repas d'un beau symbole de salut ...

Aussi, quand il mange avec les pécheurs, le projet alimentaire est secondaire par rapport au projet de réconciliation et d'Alliance.

Au repas de la Cène et à ceux pris au bord du lac (Jean 21), Jésus donne une aptitude particulière : celle de réaliser la communion avec le Christ Mort et Ressuscité.

 

 

Il n'est pas question de dire ici toute la richesse du repas eucharistique, mais de faire comprendre qu'il n'est pas étonnant d'y trouver les significations du repas humain où les commensaux ont entre eux des liens vitaux.

Jésus y ajoute le mémorial de son Alliance : en mangeant ensemble la chair et en buvant le sang du Christ nous annonçons sa mort et sa Résurrection jusqu'à ce qu'il vienne. (1 Cor 11,26)

Et comme il s'y donne non pas isolément mais comme Tête conjointe à son Corps, il donne aux communiants de faire Alliance avec lui et d'être soudés entre eux. Le repas pris ensemble est la base de la vie en Église : «  Nous qui avons part à un seul pain, nous ne sommes qu'un seul corps. » (1 Co 10, 17).

Ceci « oblige » à une vie communautaire réelle :  « Car ce n'est pas le repas du Seigneur que vous prenez » ( 1 Co 11, 20 ), autrement dit, nous « nions » l'Eucharistie à chaque fois « que nous ne vivons pas comme les membres d'un seul corps ».

Le Sacrement de Réconciliation, accueillir la miséricorde du Seigneur nous permet de Repartir / Avancer / Se Remettre en phase pour accueillir à nouveau le pain de vie et former un seul corps.

 

Pendant très longtemps, on ne communiait presque jamais ! On allait à la messe, mais on ne communiait pas. Pourquoi ?

Plusieurs raisons sans doute. L'une des raisons est que certains pensaient que l'on n'était pas digne : on est trop pécheur pour recevoir le Saint. C'était le courant cathare puis janséniste.

En réponse, l'Église rappelait que « Ce ne sont pas les biens portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. » : ce ne sont pas les saints qui ont besoin de rencontrer le Christ dans la communion, mais les pécheurs.

Dès les actes des apôtres, on rompait le pain eucharistique (Actes 4, Actes 20). Puis on en est venu à communier très rarement : saint Louis qui allait à la messe tous les jours ne communiait que 4 fois dans l'année.

Le 2ème concile du Latran en 1214 a demandé qu'on communie au moins une fois par an C'est qu'on communiait encore moins souvent.

La communion sous les deux espèces a commencé à être abandonnée dans l'Église latine au XIIème siècle. Le Concile a voulu que, quittant cette habitude, on « obéisse » à l'ordre du Seigneur :

« Prenez / Mangez / Buvez »

Quant au geste de communion qui sert de référence au Concile Vatican II, Saint Cyrille de Jérusalem (mort en 386) le décrit ainsi :

«  Quand tu t'approches ... Fais de ta main gauche un trône pour ta main droite puisque celle-ci doit recevoir le Roi / et / dans le creux de ta main, reçois le corps du Christ disant : «  Amen ».

L'habitude de communier dans la bouche s'est installée au Xème siècle, quand l'ordination des prêtres a inclus la consécration de leurs mains par une onction d'huile ; de cela, on a conclu que seules les mains du prêtre toucheraient le corps du Christ.

Mais Jésus a dit à tous : « Prenez » !

 

 

« Faire mémoire » n'est pas uniquement un rappel historique de ce que Jésus a fait il y a 2000 ans.

Grâce à la Foi, les chrétiens accueillent / reçoivent la vie de Jésus.
Aujourd'hui / ils adhèrent / croient réellement que la Parole de Dieu c'est Aujourd'hui qu'elle s'accomplit en la personne de Jésus / Verbe fait chair / Vrai Dieu / Vrai Homme dans notre monde d'aujourd'hui tel qu'il est.

Le chant : « Christ est Ressuscité, Alléluia ! [Voir CNA (Chants Notés Assemblée) n° 486 page 479] reprend sans cesse le mot « Aujourd'hui » dans chaque couplet et nous dit la communion aujourd'hui du Christ homme mort et Ressuscité pour l'humanité entière, pour chacun d'entre nous.

 

Couplet 1 : Je suis l'Envoyé / le premier né !
Je vous donne Aujourd'hui la manne de la vie,
servie au grand festin de Dieu.

Couplet 2 : Je suis l'Envoyé / Nouvel Adam !
Je vous donne Aujourd'hui de l'arbre du jardin
le fruit du paradis de Dieu.

Couplet 3 : Je suis le Messie / l'Agneau livré
Je vous donne Aujourd'hui l'eau vive qui jaillit
au cur de la cité de Dieu.

Couplet 4 : Je suis le Seigneur de l'univers !
Je vous donne Aujourd'hui l'étoile du matin
qui brille au firmament de Dieu.

Couplet 5 : Je suis le Premier et le Dernier !
Je vous donne Aujourd'hui le nom d'éternité,
promis aux bien aimés de Dieu.

Couplet 6 : Je suis le Témoin / Fidèle et Vrai !
Je vous donne Aujourd'hui à tous un caillou blanc
en signe de la Paix de Dieu.

Couplet 7 : Je suis le Sauveur / Maître de tout !
Je vous donne Aujourd'hui la robe de clarté
des fils transfigurés de Dieu.

Couplet 8 : Je suis le Vainqueur / le Roi des rois !
Je vous donne Aujourd'hui un trône auprès de moi,
dressé pour le repos de Dieu.

Christ est Ressuscité Alleluia ! Christ est Ressuscité Alleluia !
Christ est Ressuscité Alleluia !

 

" SNPLS"  magazine Célébrer n°371

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts