Accueil >> Evénements >> Pour rire !

Pour rire !

 

 

Sur le lac de Tibériade :

Un écossais demande à un passeur de lui faire passer le lac de Tibériade.

•  C'est 200 dollars, dit le batelier.

•  Vous êtes fou, répond l'autre, c'est bien trop cher !

•  Cher peut-être, lui répond le batelier, mais souvenez-vous que c'est ici que Jésus a marché sur les eaux !

•  Pas étonnant, dit l'Écossais, à des tarifs pareils, il a préféré se débrouiller seul !

Il est l'heure de la sortie des élèves …

Les parents attendent, depuis un moment …

Quand enfin Jojo sort seul, en disant fièrement :

«Les autres sont tous punis !»

Il s'éloigne avec ses parents et rajoute : "et moi je suis renvoyé !"  

Pendant un cours de Français, la maîtresse demande à Toto de conjuguer le verbe chanter.

Toto : « Je chante. »

La maîtresse : « Très bien Toto, et si c'est ton papa, tu dis quoi ? »

Toto : « Arrêeeeeeeeete  !

Toto fait ses devoirs et demande à son père de l'aider pour la leçon de calcul.

•  Bon, Toto, tu achètes 2 crayons pour 4 euros, comment fais-tu pour savoir le prix d'un crayon ?

•  Ben répond Toto, je regarde le ticket de caisse !

La leçon de math

Le professeur demande :

•  Dis-moi Toto 3 et 3 ça fait combien ?

•  Match nul monsieur !

Un gars entre dans un bureau de poste :

- Bonjour madame, j'aimerais avoir un timbre à 0,80 centimes s'il vous plait.

- Oui monsieur, voilà.

- Merci, combien je vous dois ?

Cela se passe à l'école
Le professeur interroge les élèves sur la profession de leur père :

- Jojo, peux-tu me dire le métier de ton papa !
- Moi, mon papa, il est pompeur !
- Ah non, Jojo, on ne dit pas "pompeur", mais "pompiste".
- Et toi Lulu ?
- Moi, mon Papa il est livriste !
- Non Lulu, on ne dit pas "livriste" mais "livreur".
- Et toi Lucie, que fait ton papa ?
- Ben moi, maintenant je ne sais plus si papa est mineur ou ministre !

Cela se passe à la maison. Les enfants âgés de 7, 9 et 11 ans se disputent.

- L'un dit « quel âne » !
- L'autre répond : « tête de cochon » !
- « Espèce de dinde » reprend l'autre.

La mère surgit et leur crie : «  Oh ! La ferme ! »

Trois fous se sont échappés d'un asile. Ils ont marché longtemps.

Ils arrivent dans le désert.

Le premier sort de son sac une brioche et dit : "Si on a faim, on peut manger un morceau."

Le deuxième sort de son sac une bouteille de vin et dit : "Si on a soif, on peut boire un coup."

Le troisième avait un gros sac, les autres se demandaient ce qu'il pouvait y avoir dedans, il sort une portière de voiture et dit : "Si on a trop chaud, on pourra ouvrir la vitre !"

Un Belge va au cinéma pour la première fois, il achète son billet à la caisse et entre à l'intérieur.

Une minute plus tard, il retourne à la caisse et achète un autre billet et entre. De suite, il réapparaît et demande un autre billet.

La caissière lui dit : "Je ne comprends pas Monsieur, je vous ai déjà vendu 2 billets !"

Je sais répond l'homme, mais chaque fois que j'entre dans la salle, il y a un gars qui me le déchire !

Dans un champ, une vache est couchée les pattes en l'air.

Inquiet, le fermier appelle le vétérinaire.

- Ce n'est pas grave cher ami, explique le vétérinaire, vous n'avez pas lu le journal ? Aujourd'hui, les trains sont en grève, alors elles regardent passer les avions.

Une femme demande avec sarcasme à son mari retraité :

- Que penses-tu faire aujourd'hui ?

- Rien !

Elle répond alors :

- C'est déjà ce que tu as fait hier !

- Oui, mais je n'ai pas fini !!!

La Petite Fille

Une petite fille marchait tous les jours pour aller et revenir de l'école.

Bien que ce matin-là, des nuages se formaient, elle se rendit à pied à son école.
Durant l'après-midi, les vents s'élevèrent et les éclairs apparurent.

Inquiète, la Maman, s'empressa de prendre la route, en voiture, vers l'école. En route, elle vit apparaître sa petite, qui, à chaque éclair, s'arrêtait, regardait en haut et souriait.

Quelques éclairs se succédèrent rapidement et, chaque fois, l'enfant regardait vers l'éclair et souriait.

Sa mère parvint à ses côtés, baissa sa fenêtre et lui demanda :
"Mais, que fais-tu là ?"

L'enfant de répondre:

"J'essaie d'être belle, car Dieu n'arrête pas de me prendre en photo ! "

À l'école ...


Le maître : Que dois-je faire pour répartir 11 pommes de terre entre 7 personnes ?  
Juju répond : De la purée de pommes de terre, maître !  


La maîtresse demande : « Il pleuvait » c'est quel temps ?  
Lili répond : C'est du mauvais temps, maîtresse.


Le maître : Combien de coeurs avons-nous ?  
Juju : Deux, maître
Le maître : Deux ! ???  
Juju : Oui, le vôtre et le mien !

Deux élèves arrivent en retard à l'école. Ils s'expliquent :

- Le 1er élève dit :  Je me suis réveillé en retard, maître. J'ai rêvé que je suis allé en Polynésie et le voyage a duré longtemps.
- Le 2ème élève dit  : Et moi je suis allé le chercher à l'aéroport.



La maîtresse
 :  Mariaindique sur la carte du monde où se trouve l'Amérique du Nord.
Maria  : C'est là, maitresse !  
La maîtresse  : Correct. Maintenant à toute la classe, qui a découvert l'Amérique ?  


La Classe  : C'est Maria


La maîtresse
: Bruno, quel nom donnons-nous à une personne qui continue à parler même si les autres ne s'intéressent pas au sujet ?  
Bruno  : Un professeur


La maîtresse :  Arthur, ta rédaction « mon chien » est exactement la même que celle de ton frère. Tu as copié ?  
Arthur : Non maîtresse, le chien c'est le même !

C'est la rentrée, après les vacances, la maitresse interroge les enfants en cours de français et demande : « Qui peut me dire combien il y a de lettres dans l'alphabet ? »

- Toto lève la main et dit : « Il y a 8 lettres, madame. »

La maîtresse s'étonne, Toto est un bon élève. Elle lui demande : « Toto, peux-tu me réciter les lettres ? »

- Alors Toto dit : « A, L, P, H, A, B, E, T. Voila, 8 lettres madame ! »

Jojo a 10 ans. Il rentre de l'école et dit à sa maman :

- Tu sais Maman, j'aurais bien voulu vivre au Moyen Age !

- Ah oui, et pourquoi Jojo !

- Ben, j'aurais eu moins d'histoire à apprendre !

Après la séance de catéchisme, Monsieur le Curé fait un brin de causette avec Toto.

- Alors comme ça tu me dis que ta maman dit une prière pour toi tous les soirs au moment de dormir ? C'est bien, très bien, et qu'est-ce qu'elle dit comme prière ta maman ? Tu le sais ?

- Elle dit : « Ouf, merci mon Dieu, il est au lit ! »

Un petit bijou de texte

Au Père Spicace,    

Un grand malheur est arrivé à l'abbaye et j'ai la pénible mission de vous en faire part.

Mardi soir, pendant que l'abbé Nédictine donnait les dernières grâces, l'abbé Quille   perdit l'équilibre dans l'escalier et tomba inanimé dans les bras du père Iscope

Les révérends pères, en perdant l'abbé Quille, perdaient leur seul soutien.   

Un seul restait joyeux : le père Fide

Quant à l'abbé Tise, il n'y comprenait rien. Il aurait bien voulu que le saint Plet l'aide à comprendre ce qui s'était passé mais rien n'y fit.    

Après l'accident de l'abbé Quille, on alla chercher le Père Manganate et le Père Itoine, les deux médecins de l'abbaye. 

Ils pensaient ranimer le malheureux mais leurs efforts furent vains et celui-ci décéda peu après.    

Le lendemain fut donc célébré son enterrement. Chacun fut appelé à  l'abbaye par les célèbres cloches du Père Sonnage

La messe fût dite sur une musique de l'abbé Thoven

Le père Ocquet fut chargé du sermon et comme il n'y avait pas de chaire, il monta sur les épaules du père Choir

À la fin de l'homélie, le père Cepteur fit la quête et remit les dons ainsi recueillis à notre frère africain, l'abbé N'Pé.      

Après la messe, une grande discussion s'engagea pour le transport de la bière : l'abbé Canne et l'abbé Trave voulaient passer par les champs.

Le père Clus s'y opposa. 

L'abbé Casse en fut enchanté. 

Le père San avec sa tête de turc ne voulait rien entendre. 

Le père Vers et le père Nicieux semaient le doute dans les esprits. 

Finalement on décida que, comme à l'accoutumée, l'abbé Taillière serait chargé du transport du corps du défunt. 

Devant la tombe creusée par le père Forateur et en l'absence du
père Missionnaire, l'abbé Nédiction donna l'absolution. 

Le père Venche et l'abbé Gonia avaient joliment fleuri la tombe.

Celle-ci fût recouverte d'une belle pierre tombale préparée par l'abbé Tonneuse.

Sur le chemin du retour, le spectacle fut déchirant.

Le père Pendiculaire était plié en deux de douleur et de chagrin. 

L'abbé Vitré était lui aussi plein de larmes. 

La Mère Cédés, invitée pour l'occasion, fermait la marche en compagnie du frère du père Igord.

À l'arrivée, le père Sil et l'abbé Chamelle préparèrent le repas tout en consultant les livres culinaires du saint Doux

Le père Nod et le père Collateur servirent à boire et chacun pût se remettre de ses émotions. 

 
Signé : L'abbé BICI      

 

Merci à Isabelle pour le partage de cette histoire.

- Toto rentre de l'école tout joyeux et dit à sa Mère :

- Maman, aujourd'hui, j'étais le seul à répondre à la question de la maîtresse.

La mère tout fière demande :

- Dis-moi Toto, c'était quoi la question ?

- Qui a osé coller du chewing-gum sur mon bureau ?

À l'école, la maitresse interroge :

- Toto, récite le verbe « marcher » au présent.

- Toto récite lentement : Je marche, tu marches, il marche.

- Allons, plus vite Toto !

- Toto : nous courons, vous courez, ils courent.

- Tu te moques de moi dit la maîtresse à Toto, tu vas me réciter le verbe à tous les temps.

- Je marche au printemps - Tu marches en été - Il marche en automne - Nous marchons en hiver !

Un fou va acheter un lit et demande qu'il soit très solide. Le vendeur s'étonne.

- Pourtant, vous n'êtes pas si lourd !

- Non, mais j'ai le sommeil lourd !

Deux escargots grimpent sur un mur.

- "Le mur est haut" dit l'un d'eux.

- "Ah ça oui, on peut dire qu'on en a bavé !"

Toto arrive toujours en retard à l'école.

La maitresse lui demande :

- Pourquoi arrives-tu toujours en retard à l'école, Toto ?

- C'est à cause du panneau m'dame !

- Quel panneau ?

- Celui où c'est écrit : « Attention école, ralentir ! »

Un ours, un lion et un cochon se rencontrent :

- L'ours dit : "Si je grogne dans la forêt, tous les autres animaux tremblent de peur."

- Le lion dit : "Si je rugis dans la jungle, tous les animaux s'enfuient de peur."

- Le cochon dit : "Tout ça c'est rien ! Moi je tousse une seule fois et la planète entière se fait vacciner !"

Deux mites se rencontrent et bavardent :

- Oh, tu as maigri ! dit la première
- Oui, je mange peu en ce moment.
- Pourtant je t'ai aperçu hier
dans un placard
sur un appétissant
costume tweed.
- Oui, mais tu sais, moi,
la nourriture anglaise.

C'est la rentrée scolaire. Une maîtresse demande à ses élèves :

"Pourquoi Charlemagne a-t-il inventé l'école ?"

Sans hésiter, un élève répond : "Sûrement parce qu'il était trop vieux pour y aller lui-même !"

La Ponctuation

Voici une belle histoire d'amour, raconté par Monsieur Tiret.

Un jour, Monsieur et Madame Ponctuation se marièrent. De ce mariage naquirent des jumeaux qu'ils baptisèrent : « Les Guillemets ».

L'année suivante, ô joie, Monsieur et Madame Ponctuation eurent un nouvel enfant. Ce fut un garçon qu'ils appelèrent : Point.

Les années passèrent et vingt ans après, l'un des Guillemets rencontra Mademoiselle Virgule. Il aurait bien voulu l'aimer mais elle était déjà fiancée à Monsieur Point. Tous deux se marièrent et donnèrent naissance à une jolie fillette : bébé Point Virgule  ;

Bientôt un évènement fit grand bruit dans la famille lorsque naquirent des triplés : les Trois Points de Suspension  . Les grands parents Point d'Exclamation et Point d'Interrogation aimaient promener leurs petits enfants.

Les frères Guillemets rencontrèrent plus tard deux belles Parenthèses qui les entourèrent de leur affection. En vieillissant, les Parenthèses eurent des rhumatismes et se transformèrent en Crochets  alors elles allèrent se plaindre à la grand-mère Accolade qui ne voulu rien Souligner, mais dont l'habitude était de regrouper toute la famille.

Ainsi se termine cette belle histoire.

"C'est pas mes bottes !"

C'est l'histoire vraie d'une institutrice de dernière année de maternelle, au milieu de janvier, le mois le plus dur pour tout le monde ...

Un des gamins lui demande de l'aide pour mettre ses bottes pour aller en récréation et, en effet, elles sont vraiment difficiles à enfiler.
Après avoir poussé, tiré, re-poussé et tiré dans tous les sens, les bottes sont enfin chaussées et le gamin dit : "Elles sont à l'envers, maîtresse".
La maîtresse attrape un coup de chaud quand elle s'aperçoit qu'en effet il y a eu inversion des pieds...
Bref, nouvelle galère pour les enlever et rebelote pour les remettre mais elle réussit à garder son calme jusqu'à ce que les bottes soient rechaussées aux bons pieds.
Et là, le gamin lui dit avec toute la candeur qui caractérise les enfants :
"C'est pas mes bottes".
À ce moment, elle fait un gros effort pour ne pas lui donner une claque, fait un tour sur elle-même en se mordant les lèvres, se calme et lui demande pourquoi il ne l'a pas dit avant .
Comme le gamin voit bien qu'il a contrarié sa maîtresse, il ne répond pas.
Elle dit alors : "Bon, allez, on les enlève" et elle se met à nouveau au travail.
Le deuxième pied est presque sorti quand le gamin poursuit :
"C'est pas mes bottes, c'est celles de mon frère, mais maman a dit que je dois les mettre".
Là, elle a envie de pleurer mais, une nouvelle fois, elle se calme et entreprend de lui re- re- mettre ses bottes.
L'opération est enfin réussie et la maîtresse se sent fière d'avoir réussi.
Pour aller jusqu'au bout, elle le met debout, lui fait enfiler son manteau, lui met son cache-nez et lui demande : "Où sont tes gants ?".
Et le gamin de répondre le plus simplement du monde :
"Pour pas les perdre, je les ai mis dans mes bottes."

Martine, 7 ans, rentre de l'école et demande à son père :
- Papa, papa, tu connais la dernière ?
- Non, répond son père
- Ben, c'est moi !

La maîtresse dit à Martin:
- Bien, ça semble être la signature de ton père...
- Normal, j'ai pris son stylo.

Monsieur  VALENTIN passe au tribunal.
Le Président du tribunal rend son jugement :
- Vous êtes condamné à 1000 euros d'amende pour injures à un agent de la force publique.
   Avez-vous quelque chose à ajouter?
- Oui, mais à ce prix là, je n'ose pas ! ...

 

Merci Soeur Nicole pour ces nouvelles histoires drôles !

Dans un bar, une coccinelle attendait son petit copain, un millepatte ... qui n'arrivait pas ... Mais elle attendait ... Puis désespérait ... et se préparait à partir ... Quand, soudain, essoufflé, le millepatte arrive et s'excuse quand la coccinelle lui demande la raison de son retard : "Je suis arrivé à l'heure, mais, à la porte, il y a une pancarte "Essuyez vos pieds avant d'entrer" !

 

Une histoire "vraie" arrivée à une de nos soeurs ...

 

Si vous connaissez des histoires drôles ... Envoyez-nous les !
Nous serons ravies de les partager à tous !

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts