Accueil
>>
Religieuses de vie apostolique >> Année de la Vie consacrée >> Des échos de la clôture de l'année

 

 

Des échos
de la clôture de l'année de la Vie Consacrée

 


Homélie de Mgr Percerou

pour l’Eucharistie de clôture de l’Année de la Vie Consacrée
Église St Pierre de Moulins, le vendredi 5 février 2016


Il est des rencontres dans notre vie qui n’ont pas besoin de mots mais dans lesquelles tout se dit par le regard. L’Évangile de ce jour est précisément une série de rencontres dans lesquelles les regards sont plus forts que les mots : comment expliquer que les deux disciples se mettent à suivre le Christ et prennent au sérieux cette affirmation de Jean « Voici l’Agneau de Dieu », sinon parce que l’intensité du regard qu’il avait posé sur Jésus était à lui seul comme la preuve de ce qu’il disait. Comment expliquer que les deux disciples acceptent d’aller habiter chez Jésus sinon parce que le regard qu’il avait posé sur eux était à lui seul une invitation pressante à partager sa vie. Comment expliquer que Simon ait accepté d’être baptisé d’un nom nouveau et de tout quitter pour Jésus s’il n’avait reconnu un appel exigeant, promesse de bonheur, dans le regard qu’il avait posé sur lui.

Il n’y a rien de plus expressif qu’un regard et il suffit de regarder les yeux des gens pour connaître leurs états d’âme. Le regard est un peu le miroir du cœur, le miroir de l’âme. Et sans doute qu’à travers le regard de Jean le Baptiste et de Jésus, les disciples ont découvert la profondeur de leur cœur. Cœur de Jean le Baptiste qui ne battait que pour ouvrir la route au Messie. Cœur de Jésus rempli de l’amour débordant de son Père. Amour partagé, promesse de la vie même de Dieu.

Par ces jeux de regards, Jean l’évangéliste veut nous faire comprendre que la mise à la suite du Christ, (la « sequela christi »), n’est pas seulement de l’ordre de la raison mais d’abord de l’ordre de la rencontre, de l’ordre de l’alliance. On ne s’attache pas au Christ parce qu’il nous fournit une assurance sur la vie, un chemin bien balisé avec au bout, le salut éternel. On s’attache au Christ parce qu’un jour son regard a croisé le nôtre. Parce qu’un jour, au cœur de notre recherche de Dieu, Jésus s’est retourné et nous a invités à venir voir où il habitait.

Frères et sœurs consacrés, en cette célébration de clôture de l’année de la vie consacrée, vous pourriez nous raconter ce jour où le regard du Christ s’est posé sur vous et comment il vous a embarqué à sa suite dans une aventure dont vous ne pouviez imaginer la richesse, une aventure dans laquelle vous vous êtes engagés corps et âme par la consécration de toute votre vie au Seigneur. Et méditant ce texte bien connu, je me disais que votre mission au cœur de l’Église était de poser le regard du Christ tendre et miséricordieux sur elle et sur le monde, parce que, précisément, vous en connaissez toute la profondeur et toute la force ! Et d’inviter les baptisés à le porter avec vous !

Le regard du Christ levé vers son Père des cieux pour recueillir tout l’amour nécessaire afin de vivre la mission reçu de Lui. Le regard du Christ capable de desceller au cœur de l’insignifiance, les germes du Royaume qui vient, ainsi du regard qu’il pose sur la piécette jetée dans le tronc du Temple par une pauvre veuve … Le regard du Christ lumineux de la tendresse du Père, capable de retourner les cœurs les plus endurcis, ainsi du regard qu’il pose sur Zachée, le collecteur d’impôt malhonnête … Le regard du Christ marqué par l’émotion, compatissant aux souffrances des hommes, ainsi de ce regard mouillé de larmes devant la tombe de son ami Lazare … Le regard du Christ en croix obscurci par la souffrance et qui, pourtant, trouve la force de se tourner vers le « bon larron » pour lui promettre le paradis.

Frères et sœurs consacrés, vous vivez en communauté au cœur de nos quartiers, de nos villages ou derrière les murs d’un monastère. Laïcs consacrés ou vierges consacrées, vous vivez seul mais en plein monde, engagés dans une profession, dans la société, dans les communautés chrétiennes … Pour vous ainsi que pour tous les baptisés, cette année de la vie consacrée aura été l’occasion d'entendre à frais nouveau cet appel à regarder l’Église et le monde avec les yeux du Christ !

Regarder avec les yeux du Christ notre Père des cieux dans la régularité de l’Office des Heures, l’oraison personnelle, la méditation de la Parole, pour redire avec Lui :
« Je leur ai fait connaître ton Nom et je le ferai connaître encore, pour qu’ils aient en eux l’amour dont tu m’as aimé. » Regarder avec les yeux du Christ le Royaume qui vient dans l’insignifiance, dans le banal du quotidien, pour redire avec Lui : « Père je te rends grâce, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » Regarder avec les yeux du Christ, lumineux de la tendresse du Père, ces hommes et ces femmes en recherche, parfois dans l’épreuve et le doute, pour leur dire avec Lui : « Aujourd’hui le salut est entré dans cette maison, car toi aussi tu es un enfant d’Abraham ! » Regarder avec les yeux du Christ, mouillés de larmes, tous ceux qui souffrent, qui désespèrent, qui tombent sur le chemin de la vie, non pour s’effondrer avec eux mais pour leur dire avec foi ce que Jésus disait à Marthe, la sœur éplorée de Lazare : « Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. »

Et cette mission qui est la vôtre, frères et sœurs consacrés, vous êtes appelés à la vivre non pas à la place des autres baptisés mais bien pour rappeler à tous qu’ils ont, dans leur vocation particulière, à se laisser toucher par le regard de tendresse du Fils de Dieu et à le porter sur le monde afin de témoigner et d’annoncer qu’en Christ réside la source du Salut. Alors, en cette Eucharistie, rendons grâce pour le don de la vie consacrée à l’Église et au monde. Cette année nous aura tous aidés à mesurer la grandeur de ce don, alors n’ayons pas peur de le proposer comme chemin de bonheur, soutenons fraternellement les communautés religieuses, les vierges consacrées et les laïcs consacrés, et prions pour eux.

Je terminerai en citant Mgr Georges Pontier, président de la conférence épiscopale. Il déclarait ce deux février : « L’accent porté pendant plus d’un an sur la vie consacrée ne doit pas constituer une parenthèse. Nous souhaitons qu’il nous rende plus réceptifs au témoignage précieux que vous apportez dans nos diocèses, qu’il nous entraîne à promouvoir davantage les diverses formes de vie consacrée et qu’il nous encourage à être tous ensemble des apôtres infatigables de la miséricorde du Père !»

+ Laurent PERCEROU Évêque de Moulins

 

Prière universelle

Vie Consacrée dans l'Église aujourd'hui :
(Évangélisation / Prophétie / Espérance)

1- « Le temps est venu - de donner raison à l'Esprit qui crée »

Consacrés,- le pape François nous rappelle - que l'Esprit nous pousse à prendre un chemin évangélique : « Ne résistez pas à l'Esprit-Saint, - cet Esprit qui est en nous - et qui nous fait avancer sur la route de la sainteté, si belle de l'Église. » Vivre le présent avec passion, - évangélisant notre propre vocation - et témoignant au monde de la beauté à la suite du Christ.

Seigneur, - nous te rendons grâce, pour ce choix que tu as fait en nous appelant. Aide-nous à te chercher dans la prière - pour vivre confiants, - offerts à toi - et centrés sur ton amour.

...................................Temps de recueillement

2- « Poursuivons dans la joie - le chemin de l'année de la vie consacrée, - afin que notre cheminement - soit un temps de conversion et de grâce. »

Par la Parole de Dieu qui nous nourrit, - nous sommes appelés à être et à agir -
« Église en sortie, dans la liberté .» Ne nous laissons pas dérober l'Évangile !

Seigneur, - nous te rendons grâce, pour tous les dons reçus et donnés. - Nous te demandons de purifier et de convertir nos coeurs - pour pouvoir aimer tous nos frères dans l'humilité et le service.

...................................Temps de recueillement


3- « La vie consacrée est un signe des biens à venir dans la cité humaine, - en exode - le long des sentiers de l'histoire »

Dans une attitude de vigilance, la vie consacrée garantit la recherche du visage de Dieu. Laissons- nous guider par l'Esprit - pour vivre dans l'amour du Royaume, - une fidélité créative et une prompte action.

Seigneur, - nous te rendons grâce, - pour l'avenir qui nous invite à continuer le chemin parcouru - dans l'espérance, et qui nous donne un dynamisme de vie. Nous te demandons de nous aider à être attentifs - à la fraternité de nos communautés - afin de l'offrir comme le meilleur fruit pour la construction du monde.

...................................Temps de recueillement

4- « TOUS - baptisés, - toujours en route, - avec cette vertu qui est celle du pèlerin : la joie »

Revêtons-nous à nouveau des armes de la lumière, - de la liberté - et du courage de l'Évangile, - pour scruter l'horizon. Que tous nos gestes, nos attitudes, nos paroles soient signes - qui résonnent sur un même fond : celui de la miséricorde.

Seigneur - nous te rendons grâce pour tous les germes de vie, - d'espérance, - d'amour - qui nous permettent de suivre ton chemin en vérité. - Nous te demandons que notre témoignage contribue - à construire une Église plus fraternelle et proche de tous les hommes.

...................................Temps de recueillement

5- « Priez le maitre de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson » (Mt 9,38)

« Les Vocations - naissent dans la prière - et de la prière - et elles ne peuvent persévérer et porter du fruit que dans la prière ».

Nous prenons ensemble la prière pour les vocations qui sont sur vos feuillets :

« Esprit Saint - Toi qui mets au cœur des hommes le désir de se consacrer au Père, dans le service du Christ et de son Église, suscite en notre Église les vocations dont nous avons besoin. Que chaque baptisé ait à cœur de relayer les appels du Seigneur en témoignant de sa joie à le servir. »

(Exrait de la prière de l'évêque de Moulins Laurent Percerou,
prière inspirée du Prado)

...................................Temps de recueillement

Conférence de Soeur Suzanne David

"La vie consacrée et les défis de l'évangélisation aujourd'hui
ou sa place dans la vie et la mission d'une Église diocésaine"

Pour lire la suite ...

 

Homélie de Mgr Bouilleret

Cathédrale Saint Jean-Saint Étienne
Dimanche 31 janvier 2016
FÊTE DE LA VIE CONSACRÉE

Écouter, risquer, célébrer ...

Chères sťurs, chers frères en Christ, chers amis,

Nous voici au terme d'une année où nous avons remercié le Seigneur pour la vie consacrée en notre diocèse. Ce fut une grande joie pour nous tous, personnes, communautés, congrégations et diocèse. La vie consacrée s'enracine en ces hommes et ces femmes qui ont écouté la voix de l'Esprit. Ils ont écouté les hommes et les femmes de leur temps pour répondre à leurs aspirations humaines et spirituelles. À travers les siècles, la fécondité des consacrés et des communautés ne se mesure pas à ce qui apparaît mais aussi et surtout à ce qui demeure caché aux yeux des hommes : disponibilité, proximité, partage, soutien et témoignage de vie. Le bien ne fait pas de bruit mais il construit une humanité debout.

Permettez-moi de faire trois invitations à tous ceux qui vivent de l'appel du Seigneur dans leur vie : écouter, risquer, célébrer.

Merci d'écouter les voix du monde, merci d'écouter les bruits, les rumeurs, les aspirations, les souhaits de notre monde contemporain, bref, l'odeur du troupeau. Quelque soit leur âge, leur habitation et leur mission, les consacrés sont à l'écoute du monde. Elles et ils sont les oreilles de ce monde dont l'enfantement dure depuis la création et dont le Christ a donné sa vie pour que tous aient la vie et la vie éternelle.

Au livre du Deutéronome, le Seigneur appelle Israël : « Écoute, Israël... ». Au livre de Jérémie, la parole du Seigneur est adressée au prophète et lui dit une parole de réconfort : « Ils te combattront, mais ils ne pourront rien contre toi, car je suis avec toi pour te délivrer ».

Écouter le Seigneur et écouter le monde s'unissent dans un même appel vocationnel.

Risquer. Vos fondateurs et fondatrices ont beaucoup risqué pour répondre à l'appel du Seigneur. Ils ont osé avancer en eaux profondes sans trop savoir où le Seigneur les conduisait.
Ils ont marché en suivant des routes peu sûres. Ils ont traversés des régions hostiles. Ils sont arrivés là où nul ne les attendait. Ils se sont installés dans des conditions précaires. Peu à peu, ils ont lié des relations amicales avec les populations environnantes. Le levain a fait lever la pâte. Le sel a donné du goût à la vie. La lumière a brillé sur le boisseau.

Aujourd'hui encore, l'appel à oser des chemins nouveaux pour répondre aux besoins de ce temps retentit comme une invitation à sortir et partir aux périphéries comme le pape François nous y convie. N'oublions pas qu'il parle des périphéries existentielles. Quelle que soit notre situation, laissons l'esprit du large bousculer nos vies de sédentaires. Partout des hommes et des femmes attendent que nous témoignions de celui qui nous fait vivre, le Christ notre Seigneur.

Célebrer. Au cours du chemin et au terme de la route, faisons la fête et célébrons la présence aimante d'un Dieu qui donne sa vie pour que nous ayons la vie. Aujourd'hui, nous rendons grâce à Dieu pour son appel et le don qu'il nous fait de cheminer avec nous. L'eucharistie nous rassemble ; l'eucharistie nous fonde dans la mort et la résurrection du Christ ; l'eucharistie nous envoie aux carrefours des routes humaines. Quelle joie et quel bonheur de recevoir le corps et le sang du Christ qui vivifie notre vie et construit nos communautés chrétiennes !

L'Évangile que nous avons entendu nous montre Jésus déterminé à annoncer la Bonne Nouvelle à tous. Il n'a pas peur d'affronter les habitants de son village. Il traverse l'adversité car son heure n'est pas encore venue : « Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin ... » Nous aussi, allons notre chemin.

Réécoutons la parole de Paul qui exalte l'amour, c'est une feuille de route qu'il nous faut emprunter sans cesse. Elle nous évite de nous endormir...

« L'amour prend patience ; l'amour rend service ; l'amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil ; il ne fait rien d'inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'emporte pas ; il n'entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L'amour ne passera jamais. »

+ Jean-Luc BOUILLERET, Archevêque de Besançon

 

Message aux Consacrés pour la clôture
de l'année de la vie consacrée

 

En ouvrant l'année de la vie consacrée, le pape François avait fixé trois beaux objectifs : regarder le passé avec reconnaissance, vivre le présent avec passion et embrasser l'avenir avec espérance. Ainsi chacun d'entre vous a pu rendre grâce à Dieu en relisant avec joie l'histoire de sa vocation, se souvenant de l'appel entendu, de la réponse donnée avec un enthousiasme généreux, et de l'amour fidèle du Seigneur tout au long du chemin parcouru. Vous avez aussi pu entendre combien l'Église a besoin de vous pour stimuler tous ses membres à vivre en authentiques disciples-missionnaires, dans la fidélité au baptême reçu, afin de réveiller le monde et de porter attention aux plus souffrants de nos frères et sťurs.

Nous nous réjouissons qu'au fil de cette année chacun de nos diocèses ait pris de multiples initiatives d'actions de grâce pour la présence et pour l'apport inestimable de la vie consacrée sous toutes ses formes. Tous les fidèles ont ainsi pu mieux apprécier le témoignage indispensable de la vie consacrée. Car nous avons tous besoin d'accueillir davantage la gratuité de l'amour de Dieu, et d'entendre avec quel sérieux nous devons répondre à la mission baptismale. Merci de nous avoir stimulés à vivre l'Évangile avec une passion renouvelée !

En ce temps particulièrement incertain pour beaucoup, votre style de vie centré sur l'essentiel nous invite à lever les yeux plus haut et plus loin. Les aînés et les instituts qui ferment des communautés nous confrontent au mystère pascal et aident notre société vieillissante à porter un autre regard sur l'avenir. Les membres plus jeunes, provenant en grand nombre de pays étrangers, nous initient concrètement à la catholicité de l'Église et à la fraternité universelle. Merci de nous renforcer dans l'espérance chrétienne !

Les temps liturgiques sont destinés à tenir notre foi en éveil et à porter particulièrement notre attention sur tel ou tel point qu'il ne s'agit pas d'oublier ensuite. De même, l'accent porté pendant plus d'un an sur la vie consacrée ne doit-il pas constituer une parenthèse. Nous souhaitons qu'il nous rende plus réceptifs au témoignage précieux que vous apportez dans nos diocèses, qu'il nous entraîne à promouvoir davantage les diverses formes de vie consacrée et qu'il nous encourage à être tous ensemble des apôtres infatigables de la miséricorde du Père !

Par l'intercession de tous vos fondateurs et fondatrices, par celle de la Vierge Marie, que l'appel à nous donner au Seigneur et à nos frères soit toujours mieux entendu pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Merci pour votre témoignage de vie et votre engagement. Que Dieu vous bénisse !

+ Georges PONTIER
Archevêque de Marseille
Président de la Conférence des évêques de France

+ Pascal ROLAND
Évêque de Belley-Ars
Président de la Commission épiscopale pour la Vie consacrée

 

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts