Accueil
>>Viens à la source
>> Méditer des textes de la Bible >> Méditer la Parole de Dieu ... Luc 8, 1-11

 

Méditer la Parole de Dieu ...

Luc 8, 1 - 11

La femme adultère

* Un chemin de méditation pour cet Évangile proposé
le 5ème dimanche de Carême ...

J'observe le texte :

Jésus : Il se rend au temple après être passé par le mont des Oliviers. Là, il enseigne le peuple qui vient à lui. Une fois de plus, Jésus devient la cible des scribes et des pharisiens qui cherchent un motif pour mettre Jésus à l'épreuve et ainsi l'accuser.

Les scribes et les pharisiens : Ils amènent à Jésus une femme surprise en train de commettre l'adultère. Ils rappellent la loi de Moïse qui demande de lapider cette femme. Et ils demandent à Jésus de donner son avis. Devant l'attitude de Jésus et sa réponse, ils s'en vont les uns après les autres.

La femme : Elle ne dit rien face à ses accusateurs. Elle répond à Jésus en lui disant « Seigneur ».

Ce que ce texte me dit : 

1.Jésus ne nous condamne pas :

Les scribes et les pharisiens demandent à Jésus d'être juge selon la loi : un jugement extérieur.
Jésus sort du dilemme devant lequel il se trouve en se mettant sur un autre plan.

Jésus ne condamne personne : ni les scribes et les Pharisiens, ni la femme. Par ses attitudes et ses paroles, il cherche à provoquer la réflexion des uns et des autres.
Il renvoie les accusateurs de la femme à leur propre conscience. En écrivant sur le sol, Jésus, avec patience et discrétion, donne à ses interlocuteurs le temps d'un retour bénéfique sur eux-mêmes.

Jésus n'est pas venu en ce monde pour nous juger, nous condamner mais pour nous sauver.

Jésus ne veut pas une loi aveugle qui tue mais il veut nous guérir par sa miséricorde.

Jésus reconnaît le péché de la femme adultère : « Ne pèche plus » mais par son pardon il lui ouvre un avenir, lui offre un nouveau départ dans sa vie.

La justice des hommes nous tourne vers le passé. La justice de Dieu n'est pas une punition mais elle cherche notre salut.

La miséricorde de Jésus nous libère et nous tourne vers l'avenir.
Le pardon de Jésus est une parole de vie. Il nous demande de rompre avec le passé pour découvrir la liberté intérieure qu'il nous apporte : « Va et ne pèche plus ».

Accueillir pour soi la miséricorde de Dieu pour la transmettre aux autres.
« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ».

Moi non plus, je ne te condamne pas.

2. Le péché est comme « une adultère » :

Tout abandon de Dieu est une sorte d'adultère qui blesse Dieu qui nous aime et qui a fait alliance avec nous. Dieu est toujours fidèle.

Le péché est un « non » à l'Amour de Dieu pour nous.

La conversion, c'est se retourner vers Dieu pour découvrir la confiance qu'il nous fait et accueillir sa miséricorde qui ne cesse de nous remettre debout.

Se reconnaître pécheur devant Dieu c'est vivre une résurrection.

Personne n'est perdu définitivement pour Dieu.

Va, et désormais ne pèche plus.

Le carême :

C'est le temps de reconnaître notre péché, de redécouvrir combien Dieu nous aime.

Laissons-nous aimer par Dieu qui veut notre bonheur.

Comme la femme adultère, adressons-nous à Jésus en le reconnaissant comme « Seigneur ».
C'est une profession de foi qui nous met en route vers Jésus, avec Jésus.

Une soeur de l'Alliance

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts