Accueil >>Viens à la source >> Découvrir et méditer les psaumes >> Chaque mois ... Méditer un psaume
>> Psaume 125

 

Psaume 125

Quand le Seigneur ramenait nos captif à Sion,
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie.

Alors on disait parmi les nations :
"Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur !"
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête !

Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.
Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie.

Il s'en va, il s'en va en pleurant,
il jette la semence ;
il s'en vient, il s'en vient dans la joie.
il rapporte les gerbes.

 

Psaume du 2ème dimanche de l'Avent

 

Ce psaume fait partie des chants des montées. Il était chanté par les lévites dans le temple de Jérusalem, mais aussi par les pèlerins qui montaient, joyeux, vers la ville sainte.

Le psaume fait allusion au retour des exilés après la déportation à Babylone, c'est l'édit de Cyrus qui y mit fin.

Ce psaume a deux parties qui semblent contradictoires.

Les deux premières strophes, de tonalité joyeuse, parlent d'une action accomplie par le Seigneur. À lui revient le mérite de la libération des captifs. Il est le Sauveur et le guide de son peuple.

"Quand le Seigneur ramena nos captifs ."

Comme autrefois avec Moïse, il le guide à travers le désert, suscite la reconnaissance des siens et l'admiration des nations païennes qui envient Israël d'avoir un Dieu pareil.

"Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur."

Les deux dernières strophes, de tonalité un peu triste, parle d'une libération à venir. La joie est au futur. Le présent est dans les larmes

"qui sème dans les larmes ."

Ces strophes font peut-être allusion à la désillusion du retour, aux difficultés pour reconstruire le pays et la ville sainte.

À l'action de grâce se mêle la prière

"ramène Seigneur nos captifs".

Ses captifs,  qui sont-ils ? Tous ceux qui sont dispersés parmi les peuples étrangers. Tous ceux qui restent à l'écart de cette libération.

Le Seigneur est la source de la vie capable d'intervenir subitement et fortement, comme l'eau qui dans le désert, renverse tous les obstacles et féconde la terre assoiffée.

 

Pour nous, chrétiens, la naissance de Jésus constitue l'intervention irrésistible et libératrice de Dieu. Le Sauveur est venu briser nos liens, il est venu nous délivrer, non au prix de l'or et de l'argent, mais de son propre sang pour nous.

En cette année de la foi, soyons comme le peuple d'Israël, un exemple de foi, d'espérance et de fidélité en Dieu.

Aussi avec le psalmiste nous pourrons dire :

« Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous. »

 

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts