Accueil
>>Viens à la source >> Découvrir et méditer les psaumes >> Chaque mois ... Méditer un psaume >>Psaume 130

 

Psaume 130

 

Du 31ème dimanche du temps ordinaire A

1 Seigneur, je n'ai pas le cour fier
ni le regard ambitieux.
Je ne poursuis ni grands desseins
Ni merveilles qui me dépassent.

2 Non, mais je tiens mon âme
égale est silencieuse
Mon âme est en moi comme un enfant
Comme un petit enfant contre sa mère

3 Attends le Seigneur, Israël
Maintenant et à jamais

 

« Psaume des montées, de pèlerinage, de confiance au Seigneur »

On le chantait, pour exprimer cette sorte de rassasiement qui prend le pèlerin quand, après les cérémonies plus bruyantes, il se retrouve tout seul devant Dieu, dans le silence.

Le psalmiste invite tout croyant à contempler le Seigneur qui seul peut combler tous les désirs humains. Une invitation pour tout chrétien.

 

 

En montant à Jérusalem, les juifs ne pouvaient pas ne pas éprouver la nostalgie et le regret des fastes royaux du temps de David et de Salomon. En demandant la paix pour Jérusalem, il restait dans leur cour des rêves de domination. Le Messie à venir n'apparaissait-il pas comme celui qui allait restaurer Jérusalem ?

Ici, nous voyons un Israël apaisé, qui renonce à tout espoir de grandeur politique, et qui se contente d'être le peuple "aimé" de Dieu.

L'âme en paix s'abandonne à Dieu sans inquiétude, ni ambition. Cette confiance est demandée au peuple de Dieu (Isaïe 30,15 et 66,12-13)

Isaïe 30,15 : "Le Seigneur, le Dieu Saint d'Israël, vous l'avait dit :Vous serez sauvés si vous revenez et si vous restez calmes,votre courage sera de rester tranquilles et d'avoir confiance,mais vous n'avez pas accepté !"

Isaïe 66,12-13 : 12 "Voici ce que dit le Seigneur : Je dirigerai vers elle la paix comme un fleuve,et la gloire des nations comme un torrent qui déborde.Vous serez comme des nourrissonsque l'on porte sur son bras,que l'on caresse sur ses genoux. 13 De même qu'une mère console son enfant,moi-même je vous consolerai,dans Jérusalem vous serez consolés."

Jésus nous présente Dieu comme un "Père", comme une "Mère".

"Ne vous inquiétez pas ... Cherchez d'abord le Royaume ..." (Luc 12, 22.32)

22 Puis il dit à ses disciples : « C'est pourquoi, je vous le dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie au sujet de la nourriture, ni pour votre corps au sujet des vêtements.

32 "Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume."

Jésus recommandait aux hommes de s'abandonner à l'amour de Dieu comme un enfant :

« Si vous ne changez pas pour devenir comme cet enfant ... » (Matthieu 18,3)

La paix, le calme, le silence. Notre monde actuel est un monde de violence, de bruit, de vitesse. C'est peut-être pour cela, que, "en contraste", tant de gens aspirent au calme.

La paix est une sorte de conquête.

Le calme de l'âme se construit par le rejet des agitations.

Oui, il faut renoncer au « cour fier » au « regard ambitieux ».

La paix de Dieu n'est pas celle d'une vie sans soucis et sans épreuves. C'est aussi celle qui naît des situations destructrices : « Une déception, un échec, une maladie, un deuil . »

C'est du sein même de ces situations que nous vivons qu'il faut laisser jaillir la paix qui vient d'en-haut.

« Mon âme est en moi comme un enfant ... »

Simplicité, innocence de l'enfant qui se blottit contre sa mère dès qu'un danger réel ou imaginaire surgit. Il sait que, là, il sera défendu, protégé, en sécurité.

Ne plus rien désirer sauf Dieu. Une des leçons que nous donne l'enfant dans les bras de sa mère. Il ne désire rien, il est bien !

Comme tout le monde, je peux me laisser emporter par l'ivresse du succès ou de la toute puissance. Je peux me laisser prendre par des projets grandioses, comme le dit le psaume « le cour fier ».

La tentation du cour fier nous concerne tous, mais aussi et surtout les nations qui possèdent la puissance économique, militaire, culturelle et qui veulent l'appliquer sans hésitation.

"Ce qui a vraiment du prix, c'est de tendre à faire la paix et l'unité en soi. L'unité entre ce que l'on fait et ce que l'on est."

Ce n'est pas la position sociale qui distingue les hommes, mais ce qu'ils sont en vérité, dans leurs rapports à eux-mêmes, et aux autres.

Alors, prions ce psaume avec la même confiance qu'un enfant
dans les bras de sa mère.

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts