Accueil >>Viens à la source >> Découvrir et méditer les psaumes >> Chaque mois ... Méditer un psaume >> Psaume 23

 

Psaume 23

1. Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
2. C'est lui qui l'a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

3. Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
4. L'homme au cour pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles
et ne dit pas faux serments.

5. Il obtient du Seigneur la bénédiction
et de Dieu, son sauveur, la justice.
6. Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Aujourd'hui c'est le psaume 23 qui est proposé à notre méditation,
psaume que nous prions lors de l'eucharistie de la fête de la Toussaint :

La liturgie de la Toussaint ne retient que les 6 premiers versets du psaume 23
qui en compte 10.

 

Le psaume dans l'histoire d'Israël

Ce psaume rappelle un moment important dans l'histoire religieuse d'Israël, celui où l'Arche de l'Alliance fut solennellement introduite sur la colline de Sion, près de la demeure du roi (2 Samuel 6, 12).

Les trois parties du psaume (versets 1-2 ; 3-6 ; 7-10) correspondent à trois moments différents de la montée vers le sanctuaire et aussi à trois aspects différents de la royauté de Dieu : sa domination universelle, cosmique ; son action dans l'histoire d'un peuple (Dieu de Jacob), le choisissant et le formant, acceptant de demeurer en un lieu déterminé au milieu de lui ; enfin sa victoire au terme 
(le Seigneur, le vaillant des combats).

Ici, nous n'avons que les deux premières parties de la liturgie d'entrée dans le sanctuaire : l'Arche s'approche. Le Seigneur, dont elle est le trône, est le Dieu de toute la terre (versets 1 et 2). L'homme pur dans ses actions et ses intentions est seul digne d'habiter auprès de lui (versets 3 à 6).

Plusieurs éléments sont à prendre en compte : l'affirmation de la puissance de Dieu qui a « fondé la terre sur les flots » ; l'opposition entre « gravir » et « l'homme au cour pur » car l'homme au cour pur, c'est celui qui est descendu au fond de lui-même, qui a, au cour, non des certitudes définitives, mais l'inquiétude de celui qui cherche Dieu. Pour gravir la montagne du Seigneur, il faut avoir le cour pur.

 

Aujourd'hui ...

Le psaume 23 nous présente la sainteté comme une recherche de Dieu :

« Voici le peuple de ceux qui le cherchent, qui recherchent la face de Dieu »

Si l'Église nous propose de chanter ce psaume au jour de la Fête de tous les Saints c'est parce que le culte des saints nous mène jusqu'au Christ. En effet, suivre l'exemple des saints, les vénérer et les prier, c'est avant tout regarder et prier le Christ médiateur :

« L'homme au cour pur, aux mains innocentes » c'est le Christ,
le « Béni de Dieu, son sauveur ».

Il est entré au jour de son Incarnation dans le monde qui lui appartient. Il a annoncé les promesses de vie à tous ceux qui désirent le suivre. Par sa mort et sa résurrection, il a vaincu les forces de mort. C'est lui le Roi de Gloire et il nous entraîne à sa suite dans la Gloire.
En chantant ce psaume le jour de la Toussaint , avec la foule immense de ceux qui cherchent Dieu, nous fêtons la victoire de notre Dieu sur les forces de mort et aussi en acclamant ceux qui, connus ou inconnus, témoignent que les voies de l'Évangile sont praticables.

Et pour nous personnellement  ?

La sainteté n'est pas réservée à quelques-uns.

Elle est la vocation première de tout baptisé
tout en sachant qu'elle est un don de Dieu.

 

 

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts