Accueil
>>Viens à la source >> Découvrir et méditer les psaumes >> Chaque mois ... Méditer un psaume >> Psaume 50

 

Psaume 50


3 Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
4 Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

5 Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
6 Contre toi, et toi seul, j'ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

12 Crée en moi un cour pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
13 Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

14 Rends-moi la joie d'être sauvé ;
que l'esprit généreux me soutienne.
15 Aux pécheurs, j'enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.


Ces quelques versets du psaume 50 sont offerts à notre méditation
à l'ouverture du temps de Carême.


Il serait cependant d'un grand intérêt de se référer à la totalité du psaume car nous avons ici l'une des deux supplications très connues et qui sont les plus belles du psautier : le psaume 50(51), que l'on appelle aussi du premier mot de la traduction latine « Miserere », et le psaume 129 (130), le « De Profondis ».
Ces deux psaumes sont d'ailleurs devenus des prières privilégiées pour les chrétiens et chrétiennes de tous les temps.

Le psaume dans l'histoire d'Israël

Pour méditer le psaume 50, il faudrait avoir présents à l'esprit deux faits qui sont comme sa toile de fond :

D'une part, le péché de David avec Bethsabée, le meurtre d'Urie qui s'ensuivit et le repentir du coupable (Chapitres 11 et 12 du 2ème livre de Samuel),

D'autre part, la vision de Jérusalem dévastée. Le verset (que nous n'avons pas ici) y fait directement allusion : "Relève les murs de Jérusalem."

Autre donnée importante de ce texte : l'opposition entre la mort qu'est le péché et la résurrection qu'opère le pardon. Tout le psaume est d'ailleurs bâti sur cette opposition.

Le péché est infidélité à un amour.

Pour le psalmiste, le péché est un mal, le mal essentiel car il tient sa gravité de sa relation à Dieu : le péché n'est pas une infraction à un code mais il est infidélité à un amour.

Le pardon, re-création, résurrection ; l'absence de Dieu, c'est la mort.
Dieu retrouvé c'est la vie, l'être renouvelé :

« Crée en moi un cour pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit. »

Ainsi, à la profondeur de l'emprise du péché prenant possession de tout l'être correspond la profondeur du remodelage, par le souffle divin, de cet être nouveau.

 

Qui peut atteindre à cette profondeur sinon Celui qui, par sa mort et sa Résurrection, a fait toutes choses nouvelles ?

Une approche peut-être un peu plus difficile de ce psaume mais néanmoins importante est de considérer que c'est Israël en tant que peuple qui dit « je ». Le psalmiste le fait parler en tant que personne, en mettant l'accent sur le plus personnel, l'intime de l'être (v. 8 et 12). En même temps, ce pécheur ne dissocie pas son destin de celui de la communauté, le verset 15 montre que le pardon n'est pas affaire purement individuelle.

 

Réciter ce psaume ne sera donc pas seulement exprimer le repentir de nos fautes et implorer notre rentrée en grâce, ce sera nous insérer dans l'histoire du salut, supplier que nos péchés ne ralentissent pas le peuple de Dieu dans sa marche vers la pleine réalisation de l'Alliance, vers la Jérusalem nouvelle.

Aujourd'hui ...

Voilà vraisemblablement une piste pour prier en vérité ce psaume aujourd'hui.
Il faut nous rappeler ici les paroles de l'apôtre Paul aux Galates :


« Tous, vous êtes un dans le Christ Jésus » (Galates 3, 28).


Si nous sommes un avec tous les membres vivants du Corps du Christ, c'est au nom de toute l'Église, comme membre vivant de cette communion de croyants et de croyantes que je prie : j'en épouse tous les soucis, les besoins, les préoccupations.
Si je ne vis pas telle situation du psalmiste, d'autres membres de l'Église, par exemple en d'autres pays du Tiers Monde ou des pays opprimés pour leur foi la vivent : persécution, maladie, détresse, angoisse ou inquiétude.
Si je m'identifie à eux, si je prie avec eux, en leur nom. c'est le Christ total qui prie par moi. Cette prière s'élève vers le Père :

« Pitié pour moi mon Dieu dans ton amour. »

 

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts