Accueil
>>Viens à la source >> Découvrir et méditer les psaumes >> Chaque mois ... Méditer un psaume>> Psaume 102

 

Psaume 102

 

Psaume 102, 1-2, 3-4, 9-10, 11-12

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être ! 
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n'oublie aucun de ses bienfaits ! 

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ; 
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d'amour et de tendresse.

Il n'est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ; 
il n'agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses. 

Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ; 
aussi loin qu'est l'orient de l'occident,
il met loin de nous nos péchés.

 

Psaume du 24ème dimanche du temps ordinaire A.

C'est un psaume de louange, d'action de grâce pour l'amour,
pour la paternité de Dieu.

Le psalmiste bénit le Dieu qui est « amour, bonté, pardon et miséricorde ».

 

 

Le croyant n'est pas seul au monde. Le Seigneur agit en faveur de tout son peuple.
Il prend soin des plus faibles. Il se comporte comme un berger avec son troupeau.

Le psaume rappelle les interventions de Dieu dans l'histoire de son peuple et plus spécialement les paroles de Dieu adressées à Moïse au buisson ardent et sur le Sinaï (Exode 34,6).

Un psaume d'une grande beauté, qui ne demande guère d'initiation, mais mérite d'être prolongé dans la contemplation et l'adoration (1 Jean 4,9)

 

 

L'amour de Dieu que chante le psaume, les hommes de la Nouvelle Alliance l'adorent et le célèbrent en Jésus.

Ce psaume commence par l'exhortation que le croyant met en sa bouche : « Bénis le Seigneur ô mon âme.» et qui exhorte à contempler Dieu.

Un Dieu supérieur aux hommes le "Seigneur très Saint" et en même temps tout proche des hommes : il les comble de ses bienfait.

Ce psaume nous invite aussi à contempler les bontés de Dieu : "Dieu pardonne, guérit et sauve de la mort". Il met une couronne sur la tête : « Amour et tendresse sont les parures offertes par Dieu ».

L'amour de Dieu est un feu :

« Je suis venu apporter un feu sur la terre,
et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé !
»
(Luc 12,49)

 

C'est à ce feu, à LUI, que nous devons nous exposer, nous livrer tout entier au long de notre vie.

"Ô Feu ! Ô abîme de charité !

Qui brûle toujours et ne s'éteint jamais

Vous êtes le feu qui consume en lui-même tout amour-propre de l'âme

Vous êtes le feu qui fond toute glace et qui éclaire."

Extrait du livre :
"Le dialogue de Sainte Catherine de Sienne"
P.Hurtaud Éditeur Téqui 1976

 


Accueil | Plan du site | Liens | Glossaire | Contacts